L’importance du sommeil chez le sportif

Le saviez-vous ? Nous passons environ 25 ans de notre vie, soit près d’un tiers, à dormir. Il est donc primordial de favoriser de bonnes conditions de sommeil, surtout chez les sportifs.

A ce sujet, les études ne manquent pas et toutes tendent vers une seule et même conclusion : pour un sportif, le sommeil est un facteur à ne surtout pas négliger. Pourtant, tous n’y prêtent pas attention et entretiennent même une mauvaise relation avec le sommeil.

On recense aujourd’hui une perturbation du sommeil chez 25% des sportifs. Et cette statistique atteint même les 46% lorsque le sportif est en phase de compétition. De plus, près de 20% des athlètes ressentent le besoin d’utiliser des médicaments aidant à dormir. Une consommation peu recommandée par les spécialistes.

Car en effet, une partie du produit se trouve toujours dans le sang le lendemain de la prise du médicament. De quoi influer négativement sur la performance : baisse de la lucidité, de la concentration ou encore de la vigilance

Le risque de blessures

La première raison pour faire attention à son sommeil chez un sportif coule de source : éviter les blessures. Plusieurs études ont démontré qu’en-dessous d’une période de 8heures de sommeil par nuit, le risque de blessures pouvait être multiplié par deux, voire plus si on descend en dessous des 6 heures.

Bien dormir aide en effet à la récupération, autant physiologique (musculaire, articulaire,…) que psychologique. L’équation est donc simple : moins un sportif dort, plus il aura de risques de se blesser et moins sa récupération sera efficace. Les chercheurs conseillent d’ailleurs de maîtriser son temps de sommeil par nuit, surtout chez les plus jeunes, qui sont en pleine croissance.

Le stress

C’est bien connu, les sportifs, notamment les sportifs de haut-niveau sont régulièrement soumis au stress et à la pression en périodes de compétition.

Une donnée certes inévitable, mais dont il est possible d’en réduire l’impact. Comment ? Par le sommeil, bien sûr. Ce dernier participe effectivement à la réduction du taux de stress chez les sportifs. De part son influence sur les gènes permettant de mieux réagir face au stress et l’anxiété, le sommeil doit être réparateur et de qualité.

Il est donc primordial de favoriser de bonnes conditions au moment de s’endormir. A l’inverse, trop dormir enchaîne également une mauvaise gestion du stress. Le plus important est de trouver son rythme de sommeil et de la conserver au mieux.

Quelques conseils

Il n’est pas si difficile de prendre soin de son sommeil. Il existe en effet plusieurs gestes simples, à mettre en pratique au quotidien. Comme par exemple, limiter l’activité du système nerveux la veille, et surtout en soirée, d’une compétition ou d’un entraînement. Cela se traduit par la baisse des confrontations aux écrans par exemple.

D’un point de vue nutritionnel, il est important de réduire, voire d’éviter les boissons caféinées la veille et de
prendre des repas légers et peu copieux. Sur le plan physique, il est conseillé d’éviter les séances intensives la veille d’une performance et de les remplacer par de simples étirements.

Pour favoriser le sommeil, il est également possible de pratiquer des exercices de respiration et de relaxation avant de se coucher. Enfin, même s’il est vrai que l’on dort mieux chez soi, il est important de favoriser une pièce fraîche et sombre, quelque soit l’endroit où vous dormez.

La sieste “Power Nap”

Certains peuvent estimer que dormir est une perte de temps. Du temps qui est généralement consacré aux entraînements. Ainsi, lors des périodes d’entraînements intenses, le sommeil peut être perturbé. Certains sportifs ont alors recours à la fameuse sieste “Power Nap”. Cette dernière va compenser le manque de sommeil.

Elle permettra même de contrecarrer les effets négatifs du manque de repos. Il est cependant important de ne pas la faire trop tardivement dans la journée, elle repousserait alors l’heure du coucher. Elle ne doit pas non plus être trop longue, car elle plongerait le sportif dans une phase de sommeil profond.

On conseille généralement une durée maximale de 30 minutes. Pour conclure, bien dormir est un des aspects importants d’une bonne performance sportive. Tout sportif qui se respecte se doit de surveiller son temps de sommeil, mais aussi sa qualité. Dormir 8 heures par nuit c’est bien, à condition que ces 8 heures soit réellement réparatrices !